Emballages écologiques 

Notre société est en pleine transition. Après avoir à de nombreuses reprises appelé à des prises de conscience au niveau écologique, quelques concepts ont été mis en avant. On peut retenir par exemple le développement durable comme étant l’un d’entre eux. Le principe de celui-ci étant notamment d’adopter un mode de consommation tourné vers l’altruisme, le développement des générations futures dans un milieu sain et la protection de l’environnement.

La prise de conscience environnementale et écologique collective

Des ONG, des associations et des personnalités sont montées au créneau pour susciter des modes de consommation alternatifs et sensibiliser aux dégâts subis par l’environnement.

Parmi les éléments les plus discutés et remis en cause figure le plastique. En effet, si cette matière procure satisfaction lors de ses premiers usages, de par sa robustesse et sa maniabilité, la production et la consommation de plastique fait des dégâts. Et ceux-ci sont multiples : pollution de l’air, maritime, épuisement des ressources pour le créer, influences néfastes sur la faune, la flore et la biodiversité…

L’emballage alimentaire en plastique a fortement été remis en question, notamment après les nombreux scandales de pollution (bisphénol A…) et de non-traitement des déchets. Aujourd’hui, force est de constater que la forme la plus basique de plastique ne sied plus aux emballages alimentaires. 

Fort heureusement, nombreux sont ceux qui montent au créneau et tentent de mettre des initiatives en place : recyclage, moyens alternatifs, réutilisabilité, utilisation de matières « propres » etc. La protection de l'environnement est de mise ! Les emballages écologiques sont de sortie, avec l'usage de matériaux recyclés (plastique biosourcé, recyclé, carton recyclé) ou organiques (pulpe de canne à sucre, bagasse...), tout cela dans le but de réduire notre impact environnemental. Aujourd'hui, un ensemble des mesures prises et de nouvelles solutions semble être réfléchi, dans le but de consommer mieux et de manière plus consciencieuse.

 

L'emballage écologique, plus qu'une tendance, un besoin vital

La fin du plastique ?

On peut penser que le glas a sonné pour le plastique, et que désormais d'autres matières seraient mises en avant. En effet, les scandales écologiques font les gros titres, les rencontres se multiplient, le gouvernement prend des mesures (Pacte national pour les emballages plastiques, signé en février 2019, Loi sur la Transition Ecologique qui restreint l’utilisation du plastique…). Quand on sait aussi qu'uniquement 1/4 des emballages plastiques finissent recyclés en France, les questions sont légitimes.

Cependant, en même temps que l'avènement des matières organiques, le plastique semble se réinventer. Signe de cette réincarnation : l’élaboration du plastique biosourcé et de nouvelles notions : emballage en plastique biodégradable, Natureflex, APET, rPET, emballage compostable... De nouvelles gammes de produits voient ainsi le jour, en adéquation avec la prise de conscience collective à ce sujet. De même, le recyclage a le vent en poupe, même si le travail reste encore colossal. Ainsi on fabrique des emballages alimentaires en plastique recyclable, tout comme des emballages en plastique recyclé peuvent voir le jour, telle une réincarnation.

La conséquence : un impact environnemental amoindri, une surveillance encore plus zélée sur les habitudes de consommation, un contrôle encore plus marqué des industries et institutions etc. Mais tout cela est-ce bien suffisant ?

L’ensemble de ces éléments nous fait entrevoir le constat suivant : peut-on se passer du plastique ? Nous orientons-nous donc vers une société zéro plastique ? Les évolutions du plastique vont-elles suffire à réduire un impact environnemental déjà fort ? Ou alors doit-on irrémédiablement s’orienter vers des matières organiques ? Voire dans les cas plus extrêmes recourir au « zéro déchet » ?

 

Le retour aux matières organiques

D’autres tendances donc, et d’autres modes de consommations ont vu le jour, basées notamment sur le retour vers des matières organiques, plus respectueuses de l’environnement et dont la production cause le moins d’externalités possibles.

Le packaging alimentaire se voit donc complètement repensé, avec notamment l’utilisation de matières primaires. Il n’est ainsi pas rare de voir le bois, le bambou, le kraft, la bagasse, le carton, le palmier ou la canne à sucre (pour ne citer qu’elles) dans la création d’emballages alimentaires biodégradables.

L’aptitude au contact alimentaire est bien moins questionnable quand il s’agit d’emballages issus de matières organiques. Du fait de leur non-toxicité pour la grande majorité d’entre elles, elles peuvent convenir pour des emballages destinés à contenir des plats de petite taille et à faible poids, à manger « sur le pouce ». Les variantes sont nombreuses (papiers kraft, papiers ingraissables, couverts en bois, pailles en papier, gobelets en kraft, pots à soupe etc.).

Tous ces produits issus des matières organiques prennent de plus en plus de place (il n’y a qu’à voir les fast-foods…). Même si leur efficacité est encore questionnable à côté du plastique, les matières organiques ont le vent en poupe, et tout porte à croire que la tendance ne fera que se confirmer.

Catégories

Type

Tout afficher Masquer

Contenance

30 ml - 2510 ml

Longueur

Entre 
cm
et 
cm

Largeur / base

Entre 
cm
et 
cm

Hauteur

Entre 
cm
et 
cm

Diamètre

Entre 
cm
et 
cm

Fermable avec couvercle / opercule

Utilisation micro-ondes

Utilisation four traditionnel

Utilisation congélateur

Emballage écologique

Emballage ingraissable

Emballage avec fenêtre transparente

En promotion

637 emballages trouvés

Emballages écologiques, tous nos produits

Afficher 1 - 48 de 637 produits

La tendance zéro déchets

La tendance « zéro déchets » s’inscrit parmi les modes de consommation alternatifs, visant à réduire de manière drastique le nombre de déchets.  Le but poursuivi est de certes consommer, mais sans causer d’externalités négatives et néfastes par l’environnement. Cependant, il y a des difficultés de commercialisation non négligeables (conservation des aliments, altération par l’environnement, réutilisation ou usage unique, prix, contraintes de stockage etc.).

Même si le « zéro déchet » est une clé vers une consommation responsable et maîtrisée, les difficultés citées rendent le procédé plus difficile. Ils sont aujourd’hui une poignée à en vivre de manière intégrale, mais le progrès en groupe en plus de la prise de conscience semblent garantir ces changements de consommation.

Un de leurs nombreux slogans est d’ailleurs :

« Pas besoin d’une poignée de personnes pratiquant parfaitement le zéro déchet, nous avons besoin de millions de personnes qui le pratiquent de manière imparfaite. »

A découvrir dans les Emballages écologiques sur Mon-emballage.com :